Banque Publique

Banque Publique

Ce site est soutenu par De Ronde Tafel van Socialisten (la Table Ronde de Socialistes) et par l' INEM
Privatiser vient du mot latin ‘privare’ qui veut dire spolier...

Banque Publique RSS Feed
 
 
 
 
NL - Nederlandstalige versie

Assurance publique

La crise financière  a clairement montré à quels excès conduit le « libre marché », mais les banquiers privés n’en ont pas tiré beaucoup de leçons. La même constatation peut être faite vis-à-vis des assureurs privés. C’est pourquoi l’on retrouve sur cette page une amorce de discussion concernant l’assurance publique.

Les assureurs louchent constamment sur les tâches allouées aux pouvoirs publics, souhaitant se les approprier pour s’enrichir encore plus. La privatisation de la sécurité sociale doit être stoppée, voire inversée. L’investissement dans les maisons de soins est devenu un débouché lucratif ; de même, les assurances hospitalisation réussissent à convaincre toujours plus de monde de débourser de l’argent pour leurs soins médicaux et souvent aussi pour de petits extras inutiles.

Les banques et les compagnies d’assurances espèrent que le premier pilier de pension disparaîtra, il s’amenuise déjà. Alors, les montants des 2e et 3e piliers, sur lesquels ils spéculent à tout va, devraient grossir. Notons que les commissions des compagnies sont assurées, mais le résultat pour le preneur d’assurance nullement. La pension légale (1er pilier) doit être suffisante pour que chacun puisse vivre décemment.

Le secteur commercial voit en chacun de nous, de l’enfance et la vieillesse, des opportunités juteuses, mais ses prix ne sont pas pour toutes les bourses. Les soins médicaux de qualité sont des droits, pas des produits commerciaux. Pourtant, les sinistres de catastrophes naturelles passent de plus en plus dans les contrats d’assurance privée.

Les assurances (incendie, RC familiale, et autres) devraient aussi être reconnues comme des droits pour tous et non comme des produits commerciaux non accessibles aux plus démunis. On ne peut tolérer que quelques actionnaires spéculent sur les malades, les sinistrés et les pensionnés.

L’expérience le montre dans tous les domaines : les privatisations et les libéralisations n’offrent aucune plus-value, que du contraire.

Sur cette page web se retrouvent quelques premières réactions et nous espérons qu’elles seront alimentées pour devenir un forum de discussion sur cette problématique.

Les articles sur ce thème sont repris dans la rubrique « News ».

Les réactions sont les bienvenues.

Pensions:

Le plan alternatif du PTB pour une politique sociale en matière de pensions  (12-11-14)

Les pensions sont parfaitement payables si on répartit équitablement la richesse – Kim De Witte – 17 juin 2014

Pensions et dette publique en BelgiqueJérémie Cravatte (CADTM) – 23 octobre 2013

Pensions : Bilan d’un combat non terminé – David Para – 17 avril 2012

Il n’y a pas assez d’argent pour payer les pensions de demain? FGTB – 16 septembre 2011

Pensions en Bourse, retraites en baisse ? et Pension légale : le seul placement sûr et Votre pension jouée en BourseFrancois Ferrara – 13 octobre 2008

Pensions : on privatise ? – Xavier Dupret – 26 octobre 2006

 

Soins de santé:

Économies dans les soins de santé : le patient est la victime – SETCa – 19 novembre 2014

Santé pour tous ?! Libéralisation des soins de santé, une évolution regrettable Solidaire – 6 octobre 2008

Soins de santé: interview de Mark Selleslach, secrétaire national de la LBC – 25 avril 2008

SiCKO :: Michael Moore décortique les soins de santé américains et SiCKO :: Dirk Van Duppen décortique les soins de santé belges et SiCKO, c’est aussi en Belgique :: La parole aux patients – Dirk Van Duppen – 8 octobre 2007

 

Pour s’inscrire à notre lettre d’information